Lecture restante: 5 minutes
Crypto-Art et NFT : les nouveaux artistes du XXIe siècle
Actualité

Crypto-Art et NFT : les nouveaux artistes du XXIe siècle

Par 23 février 202226 vues

Crypto-Art et NFT : les nouveaux artistes du XXIe siècle

De plus en plus, les artistes utilisent les NFT pour télécharger, promouvoir et vendre leurs œuvres et plus le temps passe, plus il devient facile de créer et vendre sur différentes marketplaces. Chaque jour, des centaines d'œuvres sont achetées et vendues par de nombreux artistes NFT. Ce faisant, le monde de l'art assiste alors à la naissance du Crypto-art. Mais qu'est-ce que le Crypto-art et d'où vient-il ? Découvrons ensemble pourquoi les NFT ont révolutionné le monde l'art du côté des artistes pour enfin entrevoir cette nouvelle forme d'art à travers quelques artistes qui ont initié ce mouvement, et quelques autres qui le font vivre au quotidien.

Le Crypto-art est animé par des valeurs, une identité et, bien sûr, des artistes, des collectifs et des communautés différentes. Si certains commentateurs parlent de la naissance d’un unique mouvement artistique, il semble plus juste de qualifier la technologie NFT comme nouveau support d’expression artistique qui regroupe déjà plusieurs mouvements.

Il faut savoir que les historiens de l’art aiment à regrouper les artistes dans ce que l’on appelle des écoles (impressionnisme, surréalisme, abstraction, etc...) afin de rendre leur étude plus simple et sans doute plus accessible. Cependant, ces regroupements stylistiques standardisés ne correspondent pas aux nouveaux crypto artistes. Quant à l’argument définissant la naissance d’un mouvement Crypto-art globale et unique, il semble que celui-ci n’a pas de sens face à la quantité d’artistes et à la diversité de leur production. Certaines œuvres se veulent héritières de la peinture classique, d’autre du pop art, d’autre encore visent à créer une nouvelle forme d’expression artistique comme le pixel art tiré du monde de l’informatique ou la modélisation 3D véritable sculpture virtuelle.

L'art numérique a toujours eu du mal à être reconnu à sa juste valeur, notamment en raison du support qui induisait un manque de rareté et de propriété des œuvres elles-mêmes, qui pouvaient être dupliquées à l'infini sur Internet (le fameux CTRL+C CTRL+V). Mais depuis la création de la technologie blockchain, une nouvelle ère a commencé. La blockchain et les crypto monnaies ont permis aux artistes, développeurs et programmeurs des nouvelles technologies de se rassembler autour d'un symbole commun. Les NFT ont permis la reconnaissance de nouveaux artistes utilisant les outils numériques pour s'exprimer.


Un autre aspect positif pour les artistes se trouve dans la certification et la sécurité qu’offre le système NFT. Même si on observe des problématiques de contrefaçon qui devrait s’atténuer dans le temps, la preuve par la blockchain d’une signature infalsifiable du créateur d’un NFT rend son commerce plus sécurisant pour l’acheteur. En effet, l’attribution de l’œuvre est incontestable et il n’y a pas besoin d’intervention d’expert comme c’est le cas pour le marché de l’art traditionnel.


Dans le même esprit, les possibilités de royalties automatiques contribuent à l’attractivité de ce support pour les artistes contemporains en leur donnant une rémunération à chaque transaction. Cette rémunération en pourcentage de la vente, que l’on nomme droit de suite en France, est difficilement récupérable sur le marché de l’art physique (problème de déclaration des vendeurs, méconnaissance du droit, etc…). Or, pour la vente de NFT, ce droit de suite est automatiquement prélevé et versé à l’artiste à chaque transaction. L’artiste peut d’ailleurs fixer lui-même le montant, en pourcentage, des royalties qu’il percevra à chaque transaction.


Dans ce bouleversement sociétal certains artistes NFT vont simplement retranscrire leur art sur la blockchain, d’autres rendent un hommage à cette révolution technologique dans leur production artistique. On assiste alors pour ses derniers aux développements de nouveaux motifs et donc la naissance d'un nouveau vocabulaire et donc d’une nouvelle iconographie du monde des cryptos (symboles crypto, logos, références à la blockchain etc…). Nous vous proposons à travers cet article de découvrir plusieurs artistes NFT à travers leur production. Il ne s’agit pas d’un classement, mais plutôt d’une mise en lumière sur le Crypto-art et la richesse des différents styles qu’il englobe

YOUL DESIGN

Le premier artiste est un des pionniers du Crypto-art non pas par des créations NFT, mais par le fait d’accepter dès 2013 le paiement en bitcoin sur son site depuis 2013. Bien que ses œuvres liées au Bitcoin soient principalement des acryliques sur toile, YoulDesign a également créé sa collection de NFT disponibles sur Opensea. D’un point de vue stylistique, ses œuvres personnelles revisitent des tableaux connus pour les adapter au monde des crypto monnaies.

LUCHO POLLETI


Lucho Poletti est un artiste que l’on pourrait qualifier d’activiste par ses prises de position artistiques fortes (Défense du libertarianisme, de la décentralisation et de l’anonymat). Il représente l’emblème artistique de la communauté Bitcoin depuis 2017 et s'est fortement concentré sur des créations dans des styles allant des billets de banque et des obligations au porteur aux affiches politiques ainsi qu’aux icônes et symboles de la culture pop.
Vous pouvez trouver des créations physiques comme NFT de cet artiste dans des tarifs oscillant majoritairement entre quelques centaines et plusieurs milliers d’euros.


KKSPECIAL


Plus récent que les artistes ci-dessus Kira Special, aka KKSpecial, se rapproche plus de l’imaginaire public du monde des NFT en proposant des collections à la manière de Bored Ape Yacht Club. Actives exclusivement sur Binance NFT, ses créations surfent sur les récents phénomènes de mode des grandes collections.
La collection Space Girl propose des NFT très représentatifs de son art qui peut allier des références classiques (références aux peintres Turner, Dali ou encore Rothko) des références à la culture populaire (Star Wars, Batman) ou encore au monde informatique (intelligence artificielle, Bitcoin).
Bien que sa montée en popularité semble se dessiner (Dans le top 15 artiste Binance), ses NFT sont encore accessibles (Dès 20€ jusqu’à quelques centaines d’euros pour la collection Space Girl par exemple).



FEWOCIOUS

artiste1

Fewocious "his name is victor”

 

Bien plus connu et bien moins accessible, Victor Langlois connu sous le pseudonyme Fewocious est un artiste français ayant plongé dans le monde des NFT en 2020. Il est le plus jeune artiste ayant vendu une de ses collections chez Christie’s, la plus grande maison de vente aux enchères (vente de 2.2 millions de dollars en juin 2021). Son style aux couleurs vives se rapproche du street art des grapheurs mais aussi de l’art de Basquiat.



FVCKRENDER

artiste2

Fvckrender "WEIGHT // Day 1670"


Très actif dans la communauté crypto et NFT, Frédéric Duquette aka Fvckrender, fait partie de la mouvance 3D. Il commence dès 2016 à produire ses œuvres 3D et obtient peu à peu une reconnaissance dans le monde artistique en tant que référence dans l’art 3D. Fvckrender a notamment créé son metaverse où l’on peut voir ses productions et faire des chasses aux trésors de NFT.

Il manque évidemment des artistes à cette courte liste pour avoir une vision encore plus large des univers créatifs du Crypto-art. En outre, combien d'autres créateurs talentueux ont essayé d'expérimenter dans l'espace mais sont restés dans l'ombre pendant toutes ces années ? Ce qui est certain, c'est que ces artistes tendent à bousculer la production artistique contemporaine en rappelant que l'Art n'a pas qu’une vocation à être enfermé dans des galeries ou à être détenu par une élite définissant ce qui a de la valeur ou non. Savant mélange entre art numérique et cryptographie, on peut dire que le terme de Crypto-art est un terme généraliste qui englobe toutes les sous-cultures qui se sont développées depuis (Trash art, même culture, generative art, etc…). Rappelons que cette nouvelle forme d’art n’a même pas dix ans et que le potentiel n’est sans doute pas encore tout à fait exploité.

Botticelli
Rédacteur

D'une formation universitaire en droit et histoire de l'art et spécialisé dans le droit du marché de l'art, je m'intéresse au droit fiscal entourant les NFT ainsi que les problématiques de propriété intellectuelle mais aussi aux nouveaux marchés de l'art digital.