Lecture restante: 5 minutes
La révolution des NFT dans le monde de l’art
Actualité

La révolution des NFT dans le monde de l’art

Par 7 février 202224 vues

Création de nouveaux mouvements artistiques, ventes aux enchères dans les plus grandes maisons de vente, partenariat avec les plus grands musées du monde, les NFT ont déjà commencé à bouleverser le monde de l’art et son marché avec une accélération très marquée en 2021. Cette nouvelle forme artistique qui continue d’être regardée avec méfiance par certains acteurs du milieu semble gagner en légitimité depuis peu.

Les NFT s’invitent dans le marché de l’art traditionnel

Dans le monde de la vente aux enchères publique, véritable vitrine du marché de l’art et créatrice des côtes des artistes au fil des coups de marteau, les NFT ont pris un grand coup de projecteur le 11 mars 2021 dans la maison de vente Christie’s, géant international de la vente aux enchères, lors de la vente de l’œuvre NFT de l’artiste Beeple « Everydays : the first 5000 days » pour un montant de plus de 69 millions de dollars. À la suite de ce succès, Christie’s a pu vendre pour 150 millions de dollars de NFT durant cette année 2021 (en comptant le record de Beeple). Son concurrent direct, Sotheby’s, se met lui aussi à la vente de NFT en septembre 2021 une seule vente de 107 NFT de la collection Bored Ape Club a dépassé les 24 millions de dollars.

Toujours dans le secteur du marché de l’art, des galeristes se sont mis aussi de concert à proposer à leurs clients des œuvres NFT, que ce soit en ligne comme le site français KAZoART ou dans une galerie physique comme la Superchief Gallery à New York. Les grands galeristes de l’art contemporain s’intéressent logiquement à ce nouveau support d’expression. Vous pourrez d’ailleurs assister à l’exposition « Cyberpunk » de la galerie Goldshteyn-Saatort à Paris jusqu’au 25 février 2022 qui présente, ensemble,  œuvres physiques et NFT.

Les NFT et les musées

D’un autre côté de plus en plus de musées ont commencé à s'intéresser aux NFT : Le British Museum s'est associé à la société « La Collection » pour mettre aux enchères des NFT du peintre et dessinateur japonais du XVIIIe siècle Hokusai. « La Collection » est une startup française dont le rôle est d'accompagner les entreprises dans leur transition numérique vers l'écosystème NFT.

arts

Le pop up shop NFT Hokusai au British Museum

En 2021, La Collection a contacté une trentaine de musées et galeries pour proposer ses services et le British Museum a accepté leur proposition de partenariat. Craig Bendle, responsable des licences de diffusion des œuvres du British Museum, a déclaré : « Il est si important qu'en tant que musée, nous nous adaptions continuellement à de nouveaux marchés et trouvions de nouvelles façons d'atteindre des personnes que nous n'atteindrions peut-être pas par les canaux traditionnels. » (Art Newspaper) Poursuivant cette volonté d'adaptation et d'évolution, une collection NFT a été créée en parallèle de l'exposition de Katsushika Hokusai qui s’est déroulée au British Museum du 30 septembre 2021 au 31 janvier 2022.

Au-delà des grandes institutions de l’art, de nouveaux musées physiques se créer là où les amateurs des NFT étaient plus ou moins habitués au monde virtuel. Cela indique donc que l'intérêt pour les NFT commence à toucher un public sans doute moins sensible au monde informatique et à la technologie blockchain en elle-même. En France, le museum of Crypto Art, musée virtuel sur Cryptovoxels créé en 2018, a pu prendre ses marques physiquement pour le public dans l’enceinte de l’ancien musée Pierre Cardin à Paris pour une exposition de trois jours en décembre 2021. En Chine, pays pourtant méfiant dans le développement des crypto monnaies, la première exposition internationale d’art numérique en NFT a eu lieu au Centre d’art contemporain UCCA de Pékin en mars 2021. Aux Etats Unis cette fois, le premier musée physique permanent a ouvert ce mois de janvier 2022 : le Seattle NFT Museum proposera différentes expositions autour des différents mouvements en place (Photographie, surréalisme…) mais aussi des rencontres avec les artistes et les collectionneurs. Vous pouvez en savoir plus sur ce musée à travers notre article : Seattle NFT Museum, le premier temple des NFT

L’installation rapide des NFT dans le paysage de l’art contemporain

Si tous les artistes ne sont pas pro-NFT on assiste à l’émergence d’un nouveau statut de « crypto-artiste ». Quelquefois anonymes à la manière du célèbre Banksy, ou issus d’un parcours classique, ces artistes de l’ère numérique s’installent de plus en plus dans l’art contemporain. XCopy représente bien ce nouveau monde : artiste anonyme, il fait référence au monde informatique, d’abord par son propre pseudonyme, mais encore par ses œuvres qui présentent des déformations rappelant des crashs informatiques ou encore ses titres faisant référence au monde des cryptos et de la blockchain.

L’art étant de tout temps utilisé comme un outil de communication d’idée, le crypto-art ne déroge donc pas à la règle : Stay Free du lanceur d’alerte Edward Snowden est sans doute actuellement le symbole de l’art contestataire dans le monde du NFT. En référence à l'affaire des écoutes téléphoniques de la NSA, le lanceur d’alerte devenu crypto-artiste, laisse transparaître son portrait derrière les documents d’une décision de la cour d’appel américaine qui lui a donné raison en 2015. Attaché à l’association Freedom of Press Foundation, Edward Snowden lui a entièrement reversé les bénéfices de la vente du NFT, soit 5,27 millions de dollars…

Tous ces évènements semblent démontrer un réel développement du marché des NFT et du poids du crypto-art dans l’art contemporain depuis un an. À travers les exemples de cet article, on constate l’installation des NFT dans les secteurs de vente et de diffusion de la culture que l’on pourrait qualifier de ‘’classiques’’ (musées, galeries, maisons de ventes…). Comme toute révolution artistique, il convient de souligner que ce développement ne fait pas l’unanimité dans le monde de l’art et s’accompagne encore de critiques de la part d’une partie des artistes. Cela repose sur la mauvaise presse entourant les NFT et le monde de la blockchain qui nécessite encore davantage d’évolution sur le plan environnemental comme sur la protection des droits d’auteur.

Cependant, il semble de plus en plus probable que les éternels tableaux décoratifs sur vos murs finissent par côtoyer des écrans affichant vos nouveaux NFT dans votre salon d’ici les prochaines années. Damien Hirst, artiste de renommée mondiale déclara d’ailleurs au moment de la sortie de sa collection NFT : "l'avenir de l'art pourrait se jouer sur la blockchain", à bons entendeurs…

Botticelli
Rédacteur

D'une formation universitaire en droit et histoire de l'art et spécialisé dans le droit du marché de l'art, je m'intéresse au droit fiscal entourant les NFT ainsi que les problématiques de propriété intellectuelle mais aussi aux nouveaux marchés de l'art digital.